Gargantua, Chapitre 25 – François Rabelais : Comment un moine de Seuillé sauva l’enclos de l’abbaye du saccage des ennemis [Analyse de texte]

Via l'application Saligaud School (seulement sur Android pour l'instant) : Lien

Via les plateformes de streaming (Deezer, Spotify, Qobuz, Napster, Apple, Amazon, YouTube)(iOS et Android) : Bientôt disponible

Via l'application Saligaud School (meilleure solution)(seulement sur Android pour l'instant) : Lien

Via 1TPE (avantageux pour un seul document) : Lien

Via Docs.school (avantageux pour plusieurs documents) : Lien

  📖 Livre en entier (via amazon)

Titre :

Gargantua, Chapitre 25 – François Rabelais : Comment un moine de Seuillé sauva l’enclos de l’abbaye du saccage des ennemis

Résumé :

Suite à l’éducation qu’il reçoit, Gargantua devient un modèle. Cette éducation humaniste fait de lui un bon futur souverain pour succéder à son père. Durant son éducation à Paris Gargantua reçoit une lettre de son père qui l’invite à revenir auprès de lui, car les hommes de Piccrochole viennent mettre à sac le Royaume de Grandgousier.

Ce passage a un intérêt tout particulier dans l’œuvre. Il nous présente un nouveau personnage, Frère Jean, qui va être important pour le reste de l’histoire. Ce personnage ici sert à « tuer tout le monde » et à nous faire rire. C’est un personnage excessif et comique qui vient compenser le fait que Gargantua soit devenu sérieux et qu’il incarne la mesure suite à l’éducation humaniste.

Début du texte :

Cela crée un décalage avec l’épopée traditionnelle. « Frère Jean des Entommeures » peut renvoyer à « entamures » qui lui-même peut renvoyer à « faire du hachis », de la « chair à pâté ». L’imparfait, ici à valeur de durée indéterminée. « Si un autre voulait se sauver en fuyant, il lui réduisait la tête en miettes à travers la suture lambdoïde » ; « Si quelque autre grimpait dans un arbre, pensant y être en sûreté…

Transformer un audio en texte : lien

===} MUSIQUES : lien {===
===} 💰 UTIP : lien {===


Un commentaire linéaire est une analyse de texte composée de trois étapes : l’introduction, le développement et la conclusion.

Les parties sont développées dans l’ordre du texte et appelées « mouvements ». Il ne s’agit pas de découper de manière aléatoire le texte mais de voir les transitions entre une première idée abordée dans le texte, puis une deuxième idée, puis une troisième etc.

Le commentaire linéaire suit l’ordre du texte alors que le commentaire composé dégage des axes thématiques qui formeront les parties du commentaire et qui ne suivent pas l’ordre du texte étudié.

Pour l’oral du bac il faut faire un commentaire linéaire. Pour l’écrit on a le choix, on peut faire un commentaire linéaire ou composé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *